Léo de Faucher
" Le peintre de l'imaginaire "

Détail tableau "LE PASSAGE"


BIOGRAPHIE

"Un grand peintre de la poésie extra-ordinaire"
LEO de FAUCHER : Sur les chemins de la « Dame au landau »

Peintre de renommée internationale, Léo de Faucher, né en 1944 à Lavelanet (09), vit en terre audoise, à Pennautier, depuis près de quarante ans. Formé dans des ateliers d'artistes réputés, tel celui de Rémi Tawyl, portraitiste attitré du roi Farouk d'Egypte, ou de celui de Carlos Chérubini, vieux maître italien qui lui donna le goût des fêtes vénitiennes, de Faucher se détacha peu à peu de ces premières influences pour trouver sa propre voie dans l'onirisme et le symbolisme, mais pas seulement. Inclassable, l'œuvre de ce de ce créateur, se situe hors des modes et de la cérébralité ambiante. Elle laisse transparaître une inflexible force de liberté qui l'entraîne, dès qu'il prend les pinceaux, vers une existence protégée, toute de pureté, enfouie en lui même. Rien d'étonnant à cela, notre homme étant pratiquement né au pied du château de Montségur dont il s'imprégna de son histoire, lors de campagnes de fouilles auxquelles il participa passionnément, au début des années soixante avec la Société Spéléologique de l'Ariège.

Au cœur d'une dimension parallèle, d'un ailleurs qui n'appartient qu'à lui, il explore inlassablement à travers « son enfant intérieur » depuis de nombreuses années, un univers intemporel aux éléments souvent anachroniques, poussé dans un landau par une mystérieuse Dame qui figure dans presque toutes ses toiles... Léo nous entraîne alors dans ses rêveries parfois visionnaires, comme sa « Tour de Babel » 2001, ou plus simplement, en nous rappelant comment refaire le monde malgré les agressions de la vie, en donnant à l'amour une place beaucoup plus importante que dans la réalité : toile de « la Dame au landau » 1998.

Cette démarche incite à se demander quand cessera l'errance de l'enfant au landau. Que cherche-t-il ? Une Arche salvatrice, un paradis, une famille perdue ? En retrouvera-t-il un jour la chaleur affective ? Peut-être réside-t-elle dans l'une de ses architectures en forme de vaisseau, au-delà des monts, ou bien plus loin dissimulée dans les contrées vaporeuses difficiles à atteindre qui habitent avec une troublante lumière la profondeur de ses toiles. Est-ce là, le véritable motif de sa quête, ou plutôt ne doit-il pas, investi comme tous les poètes du devoir d'ensemencer la force vivante de sa riche intériorité, ouvrir les esprits cartésiens à d'autres dimensions ? Il lui faudra encore et encore aller de l'avant, avec la Dame, par n'importe quel temps, sans jamais se décourager, pour imposer la vigueur lumineuse et imaginative de son regard...
La liberté c'est aussi le fait d'accepter que le rêve, l'imaginé, rejoigne la réalité, tout en la transcendant. Mais il y a tant d'autres libertés...A chacun la sienne, nous dit l'artiste.

Peut-être aussi que Léo de Faucher, en s'évadant de la grise prison de notre société actuelle, retrouve l'oxygène des ambiances de fables pyrénéennes que lui contait avec talent son aïeule maternelle, ces extraordinaires histoires initiatiques, qui voyagent aussi autour de la terre et proviennent d'un très lointain passé avec de fortes charges émotionnelles. Il est plus que probable qu'elles ont à jamais marqué d'une empreinte magique l'œuvre du peintre, comme pourrait le confirmer ce mystérieux rayon de lumière inexplicablement sorti de la rosace d'une architecture sacrée, figurant dans l'une de ses toiles, lors d'une exposition à Rennes-le-Château en 2009.

Léo illustre aussi des livres, tel celui du poète Luc Tallieu, « Lever l'encre », préfacé par Francis Cabrel.
Sculpteur, il s'exprime avec une verve pleine de trouvailles et de fantaisie. Déjà étant enfant, il s'amusait à réaliser des sortes de marionnettes avec des objets de récupération, en faisant du Récup'Art sans le savoir. Son jeu s'est perpétué jusqu'à nos jours....

 

********

 

Détail tableau "REFUGE"

Parmi un prestigieux Palmarès, quelques belles étapes :


Grand Primé de la Riviéra à Nice en 1988 – Grands Prix de Deauville en 92 et 93. Participe à plusieurs reprises au Salon d'Automne du Grand Palais à Paris – Expose dans de grandes Galeries de la capitale, et avec le Who's Who International Art, au centre culturel Christiane Peugeot. En Suisse, à Sion, en Belgique, et ailleurs à l'étranger avec le club Europ'Art. Exposition personnelle au château de Collioure en 1998, invité par le Conseil général. Invité d'honneur à la fête des Arts Audois en 2005 à Magrie. Invité par la ville d'Agen, au Centre André Malraux, pour une exposition de sculptures Récup'Art en janvier 2011. Enième exposition à la Galerie Phare Sud, Chez "Poulet de Gruissan". Etc...

 

********

 

Léo de Faucher



Rue Alfred de Musset
11610 Pennautier
F
RANCE
04.68.71.25.87

  [Fermer la page ]