À BATONS ROMPUS


Les battants du volet claquent
Sous une pluie battante et têtue,
Le bât blesse, j'en ai ma claque,
Mon cœur bat bien qu'abattu.

Le Champagne est trop frappé
Et la campagne trop battue,
Qui tiendrait le coup donné ?
Qui voudrait du coup reçu ?

Et même à Bâton-Rouge
On joue sur Terre battue,
On débat des Peaux-Rouges,
A bâtons rompus.

Il faut,
Il faut battre l'Enfer…tant qu'il est chaud.



Les battoirs du bourreau claquent
Sous une pluie de coups tendus.
Sans battage, les médias tiquent,
De peur d'un claquage d'obus.

La monnaie est trop frappée
Et le Sentier trop battu,
Qui tiendrait le cours donné ?
Qui voudrait du coût perçu ?

Et même à Bâton-Rouge
On joue sur Terre battue,
On débat des Peaux-Rouges,
A bâtons rompus.

Il faut,
Il faut battre l'enfer…tant qu'il est chaud.

Et sur ta porte de mauvais bois
Le malheur frappe toujours deux fois…


Il faut,
Il faut battre l'enfer…tant qu'il est chaud.


Pennautier / Reims 2000
Paroles : Luc Tallieu
Musique : Laurent Taiclet