COMME UNE OFFRANDE
(You’ve got a friend / JAMES TAYLOR)
 
Dans les rues de Paris,
L’Opéra illumine la nuit.
Mais plus rien, non plus rien ne brille dans ma vie.
Je ferme les yeux et fais un vœu.
Quand soudain tu apparais,
Comme un rêve sort d’un sommeil agité.

Je ne t’attendais plus,
Te revoir me remet à nu.
J’ai tant cherché (oh! ça oui)
A te comprendre…
 
Le vent la pluie et le froid
T’ont remplacée dans mes bras.
Et te voilà là là là,
Comme une offrande…
 
Dans les rues de Paris,
Nous marchons vite sous la pluie
Mais plus rien, non plus rien ne brûle dans la nuit.
Ta tête sur mon épaule,
Si tu crois que je trouve ça drôle.
Je n’entends presque plus les bruits qui volent.

Je ne t’attendais plus,
Te revoir me remet à nu.
J’ai tant cherché (et cherche encore)
A te comprendre…
 
Le vent la pluie et le froid
T’ont remplacé dans mes bras.
Et te voilà là là là…
 
Il n’y a rien à faire,
Le froid fait l’hiver,
Le passé peut être si vif,
Qu’il te prend
Ou te surprend,
T’arrache la peau comme un récif
…Alors, passe-toi de lui…

Je ne t’attendais plus,
Te revoir me remet à nu.
J’ai tant cherché
A te comprendre. (ne sais-tu pas que)
 
Le vent la pluie et le froid
T’ont remplacée dans mes bras.
Et me voilà oui me voilà,
Comme une offrande. Comme une offrande.
C’est si bon de s’offrir,
Mais je n’veux plus souffrir…Comme une offrande…

Pennautier 2002
Paroles : Luc Tallieu
Musique : Carole King