MON BLUES A MOI

 
Je me souviendrai
Toute ma vie
De ce jour où j’ai dû quitter
Mon pays.

 
Et tout ça, c’est mon blues à moi
C’est mon histoire.
Même si j’ai peur de te revoir, je reviens.
Et tout ça, c’est mon blues à moi
C’est ma mémoire.
Même si j’ai peur de te revoir, je reviens.

 
Déjà sur le ferry, je sens ton air,
Un mélange sauvage et fleuri, doux-amer.
Mon île perdue
Belle et têtue,
Ma montagne plantée (là) dans la mer.

 
Dans les empreintes que j’ai laissées
Quinze ans plus tôt, je repose timide les pieds.
Et c’est comme une renaissance
Mélancolique,
Un souvenir de mon enfance,
De musique.

 
Et tout ça, c’est mon blues à moi
C’est mon histoire.
Même si j’ai peur de te revoir, je reviens.
Et tout ça, c’est mon blues à moi
C’est ma mémoire.
Même si j’ai peur de te revoir, je reviens.

 
Je reviendrai sur tes falaises,
Brillantes et déchirées,
Voir le soleil, sur son trapèze,
Se lever.
Je reviendrai sur tes falaises,
Brillantes et déchirées,
Voir le soleil, sur son trapèze,
M’enlever.

 
Et tout ça, c’est mon blues à moi
C’est mon histoire.
Même si j’ai peur de te revoir, je reviens.
Et tout ça, c’est mon blues à moi
C’est ma mémoire.
Même si j’ai peur de te revoir, je reviens, je reviens.
 
Pennautier décembre 2002
Paroles : Luc Tallieu
Musique : Olivier Le Millour