QUE LA NUIT

Yoann :
Mais bon sang que c'est dur
De nos jours, je vous jure,
De manger à sa faim.
Avec ces trucs qui courent
Dans les veines de l'amour,
Bien souvent je m'abstiens.

Nicolas :
Je me souviens du temps
Où le premier cou tendre
Faisait très bien l'affaire.
Les jeunes filles, les jeunes hommes
Ils étaient pour ma pomme
Sur les grandes artères.

Ensemble :
Nous n'sortons que la nuit,
Quand les regards pressants
De tous les biens-pensants,
Sont encore endormis.

Dans les bals au château
Sous les loups, sans mentir,
Faut compter au bas-mot,
Pour trois vamps un vampire !

Mais malgré les cocktails
On s'ennuie très souvent.
Faut pas croire, immortel,
Finalement c'est tuant…

Yoann :
Moi qui déteste les toasts,
Qu'un inconnu m'accoste,
Je me mêle à vos fêtes,
Avant l'aurore en fait
Je dois trouver la proie
Qui me sustentera.

Nicolas :
Derrière des glaces sans tain
Je repère le mondain,
Au boudoir, le boudin
Qui offrira son cou
Et son corps en dessous
À mes morsures d'amour.

REFRAIN

Nicolas :
Dis, quelle noce feras-tu
La semaine prochaine ?
Il Y a deux mariages princiers.
Yoann :
Les mariages ça me tue,
Je préfère les baptêmes,
On boit peu, mais bien frais !

Nicolas :
Ça fait cent ans ce soir
Qu'on vit dans ce manoir
Tout près de l'océan.
Yoann :
Je cherchais l'Atlantide
Toi une bonne carotide
À te mettre sous la dent.

Nicolas :
Pour fêter cette rencontre
Je te donne ce Van Cleef,
Un souvenir de Lee.
Yoann :
Moi je t'offre cette montre,
Mais tu sais on vend pire
Place Vendôme à Paris.

Nicolas :
Je me fais un sang d'encre
Quand tu reviens en fiacre
Après avoir trop bu.
Yoann :
J'te préviens, continue,
Et je me carapate,
Chez ma mère aux Carpates !

REFRAIN

Yoann :
Je te vois rire sous cape
Quand je passe dans la mienne
Attends que je t'attrape
Sur le bois des persiennes.

Nicolas :
Hier aux bacchanales
Tout prés du grand canal,
J'ai goûté, sexe en sus,
Un sang riche comme Rhésus…


Pennautier le 13 août 2006
Paroles : Luc Tallieu 
Musique: Michel Rousset